La (non) communication de crise chez Lactalis

Trois semaines après le début de l’affaire des laits contaminés par la salmonelle, le géant Lactalis reste discret et s’exprime très peu. Pourquoi ? Est-ce un choix délibéré ou un plan de communication de crise non géré ?

La communication de crise constitue un ensemble de dispositifs et d’actions qui interviennent lorsqu’un événement a un impact négatif sur l’image d’une entreprise. Actuellement dans la tourmente, le groupe Lactalis qui détient les marques Lactel, Société, Salakis se terre dans le silence. Des promesses d’analyses et d’études mais peu de communication à destination du consommateur. Les parents de bébés ont multiples raisons d’être inquiets et tourmentés, plus globalement les consommateurs se sentent désabusés.

Ce quasi-silence n’a rien de bénéfique pour l’entreprise qui voit sa cote de popularité diminuer considérablement. Cette stratégie de communication, s’il en est une, est désuet, à l’heure où le consommateur cherche à s’informer sur les différents canaux de communication, cherchant tout particulièrement une information spontanée, live, sur le web. Chez Lactalis, pas de Facebook ni de Twitter… avant le scandale qui touche le groupe.. puisque le soir de la diffusion de Cash Investigation, le groupe laitier a créé un compte Twitter afin de répondre en direct aux attaques des internautes. Ces derniers s’en sont donnés à cœur joie!

Bref, un exemple de communication de crise non maîtrisée qui devrait coûter cher à la popularité du groupe et donc impacter logiquement son chiffre d’affaire… si les Français acceptent de boycotter (de manière juste et délibérée) l’ensemble des produits laitiers du groupe!

lactalis scandale

Laisser un commentaire